mercredi 28 octobre 2009

Communiqué de l'intersyndicale NR

COMMUNIQUÉ DE L'INTERSYNDICALE DU 28 OCTOBRE
La réponse du directoire à la demande de rencontre de l'intersyndicale est parvenue en début de soirée ce mercredi 28 octobre. La date proposée – le 5 novembre – étant jugée trop tardive, les représentants de l'intersyndicale ont demandé à être reçus immédiatement par la direction. Lors de cette entrevue, en présence de Nicolas Corneau et Felipe Peno pour la direction, Patrick Delétang (délégué syndical CGT ouvriers), Philippe Morel (DS CGT journalistes) et Jean-Luc Roch (DS CGT cadres) ont rappelé qu'il y avait urgence, étant donné les premiers délais de réflexion imposés aux salariés touchés par une première proposition de mutation (1), à apporter des réponses claires aux inquiétudes de ces personnes.
La direction a répondu qu'elle ne pouvait avancer la date de la réunion demandée par les syndicats au motif que le jeu de chaises musicales imposé par l'objectif – toujours recherché – de "zéro départ contraint" était encore loin d'aboutir et nécessitait un allongement du délai pour ajuster au mieux les postes supprimés avec les demandes de départs volontaires. Elle a précisé qu'aucune lettre de licenciement ne partirait avant la tenue de la réunion du 5 novembre (2), en ajoutant que les envois desdites lettres s'échelonneraient jusqu'à fin janvier pour les dernières (sachant toutefois que les destinataires en seraient informés bien avant).
Le 5 novembre, un premier bilan sera fait, qui doit permettre aux représentants du personnel – comme ils l'ont demandé avec insistance lors de la dernière réunion du comité d'entreprise – d'être en mesure de commencer à débattre avec la direction des cas de mutation ou de reclassement qui n'auraient pas encore trouvé de solution acceptable pour les salariés concernés.
La direction a par ailleurs insisté sur le fait que le nombre des volontaires au départ était aujourd'hui supérieur (dans toutes les catégories) aux suppressions de postes envisagées.

1) Plusieurs propositions peuvent être faites, et les salariés ne doivent en aucun cas prendre leur décision dans la précipitation.

2) A l'exception possible d'un ou deux cas où il y aurait concordance parfaite entre le poste supprimé et une demande de départ volontaire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire