mercredi 9 décembre 2009

Message de l'intersyndicale NR du 9 décembre 2009

Tours, le 9 décembre 2009
L'intersyndicale NR

à Monsieur le directeur des Relations sociales
Copie au directoire

Monsieur le directeur,

Au motif que la commission de suivi s'est réunie le 8 décembre, vous n'avez pas jugé utile de maintenir la rencontre programmée le même jour avec l'intersyndicale pour faire le point sur les mutations qui continuaient à poser problème dans le cadre du PSE. Or, vous savez, pour avoir participé à la commission de suivi, que les problèmes n'ont pas été abordés au fond, et qu'à plus forte raison aucune solution n'a pu y être envisagée.
C'est pourquoi nous vous demandons instamment, une nouvelle fois, de pouvoir rencontrer le directoire afin de discuter clairement de ces problèmes, aux conséquences dramatiques pour les salariés concernés. Nous regrettons que l'engagement de la direction qu'aucun licenciement " subi" ne serait prononcé avant une telle rencontre avec les représentants du personnel n'ait pas été tenu.
L'intersyndicale, nous vous le rappelons, mettra tout en oeuvre – comme elle s'y était engagée lors des négociations sur le PSE – pour qu'aucun salarié ne soit sacrifié au nom des intérêts de l'entreprise. Des solutions existaient, que vous avez refusées pour des raisons d'organisation. Il est impératif que nous puissions en débattre avec la direction dans les plus brefs délais.

Pour l'intersyndicale,
Philippe Morel, délégué SNJ-CGT

PS : Il nous paraît important que les membres de la commission de suivi titulaires d'un mandat au seul titre du comité d'entreprise puissent participer à cette rencontre.

Bulletin du SNJ-CGT du 9 décembre 2009

Bulletin Du SNJ-CGT Du 9 Decembre 2009

mardi 24 novembre 2009

Message de l'intersyndicale NR du 24 novembre

INTERSYNDICALE NR : SNJ, FILPAC CGT, SNJ CGT, UFICT-LC CGT, CFE-CGC

Se battre jusqu’au bout
contre tout licenciement contraint

L’intersyndicale renouvelle sa demande de convocation de la commission de suivi dans les plus brefs délais, afin de connaître les mutations dans le cadre du PSE qui posent problème. Elle demande au directoire de s’engager à nouveau à ne procéder à aucun licenciement contraint avant la réunion de ladite commission du CE et la rencontre prévue début décembre avec l’intersyndicale.
L’intersyndicale appelle les salariés en situation de devoir refuser une mutation à se tourner immédiatement vers les délégués du personnel de leur catégorie. Par ailleurs, les salariés qui estiment avoir pris leur décision dans la précipitation peuvent faire la même démarche auprès des représentants du personnel (élus du CE, du CHSCT ou délégués).

jeudi 19 novembre 2009

Message du secrétaire du CE

A tous les salariés,

Suite à l’ordonnance rendue le 27 octobre par la juge du tribunal de grande Instance de Tours, le comité d’entreprise, après avoir minutieusement analysé les termes de la réponse, sur la forme et sur le fond, a décidé de ne pas faire appel du jugement. Non pas que le plan social, tel qu’il est mis en œuvre par le directoire soit exempt de reproches, loin s’en faut. Mais ce qu’on aurait pu espérer d’une poursuite de la procédure n’était pas envisageable à très court terme, et risquait d’être en décalage avec la situation sociale présente.
Cependant, le comité d’entreprise continuera à être particulièrement vigilent sur les aspects juridiques du plan social et ne s’interdira pas de se tourner à nouveau devant la justice chaque fois que l’attitude de la direction le forcera à le faire.
Il n’est pas vain de rappeler que c’est l’intransigeance du directoire, et son refus d’aller plus loin dans des négociations, qui certes avaient été longues et douloureuses, mais avaient permis d’approcher d’un accord, qui ont amené le comité d’entreprise sur la voie contentieuse.
Le tribunal ne l’a pas suivi, estimant le PSE proportionné aux moyens de l’entreprise, mais déboutant toutefois cette dernière d’une demande de 10 000 € de dommages et intérêts contre le CE.
Pour autant, cette décision de justice n’est qu’une bataille perdue par le CE et l’intersyndicale, dans ce long conflit éclaté au plus fort de l’été, mais qui était en germes depuis bien des mois. Et la mobilisation du personnel, menée par l’intersyndicale et le comité d’entreprise représente une victoire bien plus probante. Elle a permis, notamment par la pression de la grève de toutes les catégories et des cinq jours de non-parution totale ou partielle, d’obliger le directoire à revoir sa copie sur l’aspect le plus antisocial de son plan, le licenciement de 125 salariés. Ce sont désormais les départs volontaires qui sont privilégiés. Sans vergogne, le directoire s’est depuis approprié le discours et l’initiative du volontariat, ajoutant toutefois que certains licenciements étaient inévitables, sous-entendu que sur les 116 suppressions de postes que comporte désormais le PSE, l’hypothèse d’une vingtaine ou d’une trentaine de salariés se retrouvant sur le carreau devait être considérée comme acceptable.
Pour le comité d’entreprise, ça ne l’est bien évidemment pas. Malgré l’opacité entretenue par la direction qui n’a toujours pas donné aux représentants du personnel la liste des salariés ayant fait acte de candidature au départ volontaire, ainsi que les salariés ayant fait l’objet d’une proposition de mutation, et malgré le refus que les salariés concernés soient accompagnés, s’ils le souhaitent, par un représentant du personnel lors des entretiens, un grand nombre de témoignages nous sont parvenus, faisant état de pressions et de chantage pour inciter des salariés à maintenir leur candidature au départ. Ainsi, quelques uns qui avaient fait acte de candidature, mais ont souhaité changer d’avis ensuite, après s’être renseignés à Pôle Emploi et affiné leurs calculs, se sont vu refuser des offres de mutations, et pour les employés, se sont vus menacés de licenciement sans toucher le surplus de 30% lié au départ volontaire. L’heure est à la signature des conventions de départ, prélude à la lettre de licenciement, et pour tous les salariés dans ce cas, la direction en conclut qu’il n’y a aucun problème. On en arrive pourtant à des départs volontaires qui sont en fait des départs contraints camouflés.
Concernant les mutations, l’arbitraire est de mise et certains ont reçu des propositions de postes qu’ils ne pouvaient que refuser pour des raisons professionnelles, économiques, familiales ou syndicales, rendant inéluctable leur licenciement selon la direction.
On peut admettre que la tâche de la direction et des relations sociales dans ce jeu de chaises musicales ne soit pas simple. Pour autant, en ouvrant un appel d’offre sur les postes libérés par les départs volontaires, on en arriverait sans nul doute à limiter les mutations sanctions. La direction s’y est toujours refusée.
Face à cette situation inacceptable sur l’aspect social du PSE, face aussi au grand vide qui enveloppe aujourd’hui l’avenir du journal et de l’entreprise, à l’absence de projets déclarés sur la relance rédactionnelle, la diversification dans le multimédia, face au mutisme sur l’élargissement du capital et la chimère de l’arrivée de La Montagne, le comité d’entreprise a convoqué une séance extraordinaire ce jeudi pour tenter d’obtenir des réponses claires et précises d’une direction qui s’enferre dans le mutisme, outragée d’avoir été traînée en justice.
Plus que jamais, il convient de maintenir la pression, pour que nous n’inscrivions pas dès aujourd’hui, le déclenchement d’un nouveau plan social dans quelques mois.

Hugues LE GUELLEC, secrétaire du comité d’entreprise.

mardi 10 novembre 2009

Message de l'intersyndicale NR du 10 novembre 2009

Après la rencontre intersyndicale-directoire du 5 novembre...

Le directoire ne veut pas entrer dans les détails

L'intersyndicale NR avait demandé une réunion au directoire pour faire le point avec lui sur l’état d’avancement du PSE, notamment les départs volontaires et les offres de reclassement ; la rencontre a eu lieu jeudi 5 novembre après-midi, en présence des représentants du personnel (DP et DS) et de Nicolas Corneau, assisté de Felipe Peno.
En préambule, Nicolas Corneau a tenu à rappeler que le directoire avait comme priorité de favoriser les départs volontaires, mais qu’il serait difficile d’éviter quelques départs contraints, puisque certains salariés, difficilement mobiles, ont d’ores et déjà fait savoir qu’ils refuseraient toute offre de reclassement. Ces licenciements économiques diminueront d’autant le nombre de départs volontaires, qui, rappelons-le, sont plus nombreux (118) que les emplois supprimés (118 réduits à 116 par la création de deux postes).
Felipe Peno a tenu à préciser que seuls les salariés touchés par une suppression de poste avaient reçu une proposition de reclassement ; les candidats au départ volontaire n’ont reçu aucune offre et seront contactés ultérieurement par la direction qui leur confirmera ou non leur départ.
– Pour les 52 postes supprimés chez les journalistes, il y a 51 candidats au départ volontaire, mais aussi, pour le moment, 17 refus de mutation ou de reclassement ; parmi ces refus, il y aura, au terme de nouvelles propositions (9 postes sont encore « proposables »), une part de mutations acceptées et une part de mutations refusées. En conséquence, plus d'une demi-douzaine de candidats au départ volontaire devraient voir leur offre refusée, soit parce qu'ils sont en surnombre, soit parce que leur poste n'a pu être pourvu par un candidat au profil adéquat. Reste que le directoire a esquissé la possibilité que, une fois le PSE achevé, les candidats au départ qui n'auront pu obtenir satisfaction (du fait de départs contraints) se voient proposer un départ négocié ; le PSE n'interdit pas à la société de réembaucher après, contrairement au FNE.
– Chez les employés, 35 départs volontaires ont été comptabilisés pour 33 suppressions de postes.
– Chez les cadres, deux volontaires au départ sont surnuméraires (13 postes supprimés).
– Chez les ouvriers, il y a 17 départs volontaires pour 18 postes supprimés.
– Pour les catégories ouvriers et employés, où l'on se retrouve avec le paradoxe d'un départ volontaire mieux indemnisé qu'un départ contraint, le directoire a dit être prêt à étudier les situations au cas par cas, mais a refusé de reprendre la négociation d’une indemnité plancher, comme le demandait la Filpac-CGT : « On ne reviendra pas sur les modalités de départ », a tranché Nicolas Corneau.
Au cours de la réunion, les délégués syndicaux et représentants du personnel ont souhaité étudier les départs volontaires et les offres de reclassement à l'aide d'une liste nominative, mais le directoire a opposé un refus, les inconnues restant trop nombreuses. En revanche, il a proposé qu’un point soit fait catégorie par catégorie lors des réunions mensuelles et qu’une nouvelle réunion intersyndicale-directoire se tienne début décembre.
La réserve patronale vis-à-vis des questions de l’intersyndicale, la prudence extrême qui a accompagné la formulation des réponses, notamment sur les propositions de reclassement faites aux titulaires de postes supprimés (et non candidats au départ) ont été expliquées, tant par Felipe Peno que Nicolas Corneau, par le fait que le délai de réflexion de certains salariés est toujours en cours : en effet, 9 postes sont encore à pourvoir chez les journalistes, 7 chez les employés, 1 chez les cadres et 2 chez les ouvriers.
« Notre objectif est de tenir le nombre de suppressions de postes prévues dans le PSE, a commenté Felipe Peno. Le problème est que certains candidats au départ se sont déclarés dans des services où les postes ne devaient pas être touchés par la restructuration ; plutôt que de ne pas en tenir compte et donc de provoquer des licenciements contraints, nous avons préféré proposer les postes qui se libéraient volontairement », démarche qui, selon le directeur des Relations sociales, induit un processus complexe, plus long que prévu.
Jeudi, la réunion n'a pas pu aborder la question des organisations de travail post-PSE. « Ce n'est pas à l'ordre du jour », a dit en substance Nicolas Corneau, qui a tout de même signalé au passage la poursuite des discussions avec Centre France, pour une mutualisation (partielle, totale, ponctuelle ?) des IG, « Mais on n'est pas encore entré dans la phase opérationnelle », a-t-il ajouté.
On a noté enfin que la prévoyance Audiens sera bien assurée pour les licenciés durant douze mois, avec le remboursement trimestriel de la part salariée par les intéressés. Et que les licenciés, s'ils n'ont pas eu de nouvel employeur entre leur licenciement et leur retraite, pourront profiter des avantages des « retraités NR ».

mercredi 28 octobre 2009

Communiqué de l'intersyndicale NR

COMMUNIQUÉ DE L'INTERSYNDICALE DU 28 OCTOBRE
La réponse du directoire à la demande de rencontre de l'intersyndicale est parvenue en début de soirée ce mercredi 28 octobre. La date proposée – le 5 novembre – étant jugée trop tardive, les représentants de l'intersyndicale ont demandé à être reçus immédiatement par la direction. Lors de cette entrevue, en présence de Nicolas Corneau et Felipe Peno pour la direction, Patrick Delétang (délégué syndical CGT ouvriers), Philippe Morel (DS CGT journalistes) et Jean-Luc Roch (DS CGT cadres) ont rappelé qu'il y avait urgence, étant donné les premiers délais de réflexion imposés aux salariés touchés par une première proposition de mutation (1), à apporter des réponses claires aux inquiétudes de ces personnes.
La direction a répondu qu'elle ne pouvait avancer la date de la réunion demandée par les syndicats au motif que le jeu de chaises musicales imposé par l'objectif – toujours recherché – de "zéro départ contraint" était encore loin d'aboutir et nécessitait un allongement du délai pour ajuster au mieux les postes supprimés avec les demandes de départs volontaires. Elle a précisé qu'aucune lettre de licenciement ne partirait avant la tenue de la réunion du 5 novembre (2), en ajoutant que les envois desdites lettres s'échelonneraient jusqu'à fin janvier pour les dernières (sachant toutefois que les destinataires en seraient informés bien avant).
Le 5 novembre, un premier bilan sera fait, qui doit permettre aux représentants du personnel – comme ils l'ont demandé avec insistance lors de la dernière réunion du comité d'entreprise – d'être en mesure de commencer à débattre avec la direction des cas de mutation ou de reclassement qui n'auraient pas encore trouvé de solution acceptable pour les salariés concernés.
La direction a par ailleurs insisté sur le fait que le nombre des volontaires au départ était aujourd'hui supérieur (dans toutes les catégories) aux suppressions de postes envisagées.

1) Plusieurs propositions peuvent être faites, et les salariés ne doivent en aucun cas prendre leur décision dans la précipitation.

2) A l'exception possible d'un ou deux cas où il y aurait concordance parfaite entre le poste supprimé et une demande de départ volontaire.

Message de l'intersyndicale

A tous les salariés

Dans le cadre du PSE, la direction a lancé les propositions de mutations avec obligation de répondre sous un délai de huit jours. Si vous êtes l'objet d'une telle proposition, les délégués du personnel sont à votre disposition pour en débattre avec vous et défendre vos intérêts au mieux auprès de la direction. N'hésitez surtout pas à les contacter le plus rapidement possible.

Pour le SNJ-CGT. Catherine Guillet (NR Châteauroux), Laurent Favreuille (NR Poitiers), Laurent Gaudens (NR Châtellerault). Les contacter à l'adresse suivante : dpcgt.journalistes@nrco.fr

Pour le SNJ. Eric Joux (siège), Michel Duterme (NR Châteauroux). Les contacter à l'adresse suivante : dpsnj.journalistes@nrco.fr

Par ailleurs, l'intersyndicale a adressé ce jour, au directoire, le texte suivant :

"DEMANDE DE RENCONTRE IMMEDIATE INTERSYNDICALE - DIRECTION"

A vingt-quatre heures de la fin du délai de réponse pour les salariés auxquels une proposition de mutation ou de reclassement a été présentée, l'intersyndicale NR estime urgent de rencontrer le directoire pour débattre des problèmes qui en découlent. Elle demande instamment de pouvoir travailler avec la direction sur des listes nominatives dans le seul but de tout mettre en oeuvre pour éviter des départs ou des mutations contraints, et afin d'étudier les organisations du travail après les suppressions de postes.

L'intersyndicale intercatégorielle NR.

mardi 27 octobre 2009

Ordonnance du référé

Bonjour,
Voici le texte de l'ordonnance du référé prononcée ce matin. Nous vous transmettrons, ultérieurement, de plus amples informations.
Bon courage

Juges des référés :
"Rejetons la demande de nullité de l'assignation pour défaut de mandat
pour agir ;
Déclarons la demande de nullité du PSE formée par le CE de la SA NR
recevable et nous déclarons compétent pour en connaitre ;
"Déboutons le CE de la SA NR de l'intégralité de ses prétentions ;
"Déboutons la SA NR de sa demande fondée sur l'article 700 du code
procédure civile
"Condamnons le CE de la SA NR aux dépens."
[article 700 : 10.000 € demandés par la NR]

jeudi 15 octobre 2009

Communiqué du CE du 13 octobre 2009

RÉFÉRÉ VISANT A L’ANNULATION DU PSE

Délibéré le 27 octobre

Malgré l’envoi tardif des conclusions et des pièces des avocats de la direction, l’audience de référé du tribunal de grande instance relative à la requête en annulation formulée par le comité d’entreprise de la NR a pu se dérouler ce mardi 13 octobre au matin. La juge des référés a mis son ordonnance en délibéré au 27 octobre[1].

L’avocat du comité d’entreprise de la NR, Me Baron, rappelle d’entrée qu'après avoir tout fait pour éviter ce recours à une procédure judiciaire, le CE a dû se résoudre à assigner la direction en référé pour demander l’annulation du plan de sauvegarde de l’emploi. Il s’est en effet heurté, dès l’annonce du PSE, à la seule volonté du directoire de « réaliser le plus d’économies possible », de « licencier le plus possible ». Le souci du directoire est « la rapidité : il faut que le plan soit conclu le plus vite possible, quitte à avancer au rythme du rouleau compresseur à sa plus haute vitesse ». Le but légal – souligné par son nom même – d’un plan de sauvegarde de l’emploi est, de fait, ignoré.
Détaillant les faiblesses du PSE, il rappelle également que la version initiale présentée par la direction ne comportait aucune mesure concernant la réduction du travail (travail à temps partiel) et prévoyait 181 suppressions d’emploi dans le groupe, dont 125 à la NR, la seule forme de rupture envisagée étant le licenciement « sec ». Seule l’action du CE et ses propositions de « mesures alternatives » ont permis d’introduire ces mesures dans le PSE. Encore faudra-t-il attendre la dernière réunion (étalée sur plusieurs jours) « pour que le directoire consente à ralentir un peu la machine ». Le 8 septembre, en fin d’après-midi, est enfin décidée la mise en œuvre de la consultation des salariés sur leur éventuelle acceptation d’un départ volontaire. C’est l’insistance des élus du CE qui est seule déterminante dans la mise en place des fiches 5 bis (temps partiel) et 5 ter (départs volontaires).

Le CE « mari trompé »

Concernant la notion même de groupe et la loyauté du directoire, l’avocat fait état d’une lettre du directoire envoyée en recommandé aux commissaires aux comptes le 5 mai, dans laquelle il fait expressément état de la nécessité de restructurer, de sa volonté « de mettre en œuvre dès l’été » un plan de restructuration dans la Vienne et le Cher en même temps qu’un PSE touchant 190 personnes, la remise en cause des accords d’entreprise devant le suivre presque immédiatement. « Pendant deux mois, malgré les demandes réitérées du Ce et des élus dans les différentes instances, on va nous faire croire que rien n’est envisagé » ; le 13 juin, lors de l’AG qui décide de la transformation de la SAPO en SA, « ni les actionnaires ni les salariés ne sont informés de ce plan ». Cette attitude du directoire amènera l'avocat à comparer la situation du CE de la NR à celle du « mari trompé ».
Le changement de statut de la société a pour but, singulièrement, de permettre au groupe Centre France d’entrer dans le capital de la NRCO et de renforcer les liens de ces partenaires d’un nouveau groupe en construction . Ce qui fera poser à l’avocat du CE cette question : « On nous rappelle qu’il faut juger le PSE à l’aune des moyens du groupe ? Mais de quel groupe ? Est-ce celui que l’on croit ou celui qui se dessine dès le 5 mai, à savoir Centre-France La Montagne ? »
Il balaie enfin les arguments de procédure que la partie adverse entend mettre en avant pour plaider la nullité de l’assignation, en particulier : d’une part, l’irrecevabilité prétendue du mandat donné par le CE à son secrétaire pour lancer la procédure de référé, quand ce mandat a été obtenu par un vote régulier (5 voix pour, 1 abstention), et qu’il a été inscrit au procès-verbal de la séance ; d’autre part, le délai entre la dernière réunion du CE et le dépôt de l’assignation, quand celui-ci, en l’occurrence, est de un an.

Pour la partie adverse :
« Instrumentalisation » et confusion de compétences

Le premier axe d’attaque des avocats de la direction, Me Vaccaro et Me Garcia, vise à démontrer une « instrumentalisation » du CE par « un ou des syndicats » au bénéfice quasi exclusif d’une catégorie – on comprendra aisément, un peu plus tard, qu’il vise le SNJ-CGT et les journalistes. C’est ainsi que, instrumentalisés, donc, les élus du CE n’auraient visé qu’un seul but réel : « Ralentir autant que possible la procédure pour influer sur la négociation d’un accord collectif. »
Selon Me Vaccaro, seule la catégorie des cadres nécessitait un accord collectif pour la fixation de l’indemnisation des départs, en raison de l’existence d’un accord d’entreprise de 1996, qu’il convenait d’amender aujourd’hui. Pour les ouvriers et employés, selon lui toujours, l’accord serait pratiquement finalisé et il ne manquerait plus que… les signatures (un détail !). Quant à la catégorie des journalistes, elle serait la proie de « la surenchère » du SNJ-CGT.
L’essentiel de sa plaidoirie tendra à montrer qu’une grande part des débats et que le vrai motif de l’assignation portent sur l’indemnisation des départs dans le cadre de la négociation de l’accord collectif, qui n’entre pas dans le périmètre de compétences du CE, mais dans celui des organisations syndicales, et qu’un amalgame aurait été fait entre compétences du CE et compétence des syndicats. Il en conclut l’irrecevabilité de l’assignation, prétendant même qu’elle relève du délit d’entrave…
Pour son confrère, Me Garcia, qui reprend ce dernier argument, le seul motif légitime d’assignation serait « l’absence de mesures précises et concrètes ». Il s’emploie à essayer de montrer que la direction a apporté « un grand nombre d’améliorations dans le PSE », dont le coût, initialement de 9,1 M€, s’élève désormais à 9,7 M€.
Selon lui, « toutes les réponses (sur la situation économique de l’entreprise) ont été apportées aux salariés le 19 mai », référence au CE extraordinaire où ont été données les réponses à la procédure d’alerte ; le PSE est suffisant et proportionné aux moyens du groupe ; faisant porter lui aussi la responsabilité du blocage actuel à « l’obstination d’un syndicat catégoriel », il termine en prédisant une situation catastrophique au 31 décembre 2009 si l’on ne sort pas rapidement de cette impasse.

Sur l’un des points fondamentaux de l’argumentation patronale, précisons tout de même : que c’est à l’initiative du directoire que les négociations de l’accord collectif ont été menées conjointement entre lui, l’intersyndicale et le CE ; que le contenu de l’accord collectif éventuel sur l’indemnisation des départs et le PSE ne sont pas, comme le prétendent les avocats de la partie adverse, des éléments absolument indépendants, le montant de l’indemnisation ayant un effet évident sur le nombre et la répartition catégorielle des départs « volontaires » ; que les indemnités demandées pour les journalistes au-delà du plafonnement unilatéral de la direction ne sont pas des indemnités « complémentaires » ou « supplémentaires », mais qu’elles correspondent aux indemnités légales ; que la direction n’a même pas daigné entendre les dernières propositions de ses « partenaires sociaux » sur ce sujet.


[1] Notons que la mise en délibéré n’est pas suspensive de la procédure de mise en œuvre du PSE.

mardi 13 octobre 2009

JT de France 3 Poitou-Charentes et France 3 Centre

Voici un lien vers la vidéo du 12/13 de France 3 Poitou-Charentes, du 13 octobre, qui évoque le référé du CE de la NR (sujet à voir à partir de 8'34'')

Et un lien vers la vidéo du 19/20 de France 3 Centre, de ce même mardi (à partir de 5'35'')




jeudi 8 octobre 2009

Communiqué des élus et représentants syndicaux au CE

COMITE D’ENTREPRISE EXTRAORDINAIRE DU 8 OCTOBRE

LA DIRECTION JOUE
LA CARTE DU PIRE

Réuni ce jeudi 8 octobre, sur convocation de la direction, le comité d’entreprise extraordinaire devait émettre un avis sur les deux points suivants à l’ordre du jour :
- Consultation avec avis sur la nouvelle fiche 5 ter modifiée du plan social ;
- Consultation avec avis sur le projet d’accord d’entreprise à durée déterminée pour la catégorie cadres, à titre dérogatoire aux dispositions de l’accord d’entreprise du 24 octobre 1996 venant compléter la fiche 5 ter du plan de sauvegarde de l’emploi.
Le comité d’entreprise a refusé de se prononcer sur ces deux points, au motif qu’un avis avait déjà été rendu lors du CE du 21 septembre sur l’ensemble du plan de sauvegarde de l’emploi et que la procédure faisait l’objet d’une contestation.
La direction a annoncé son intention d’envoyer à l’ensemble des salariés qui avaient reçu la première fiche de consultation une nouvelle proposition, qui aura valeur d’engagement, reprenant les conditions d’indemnisation proposées par cette nouvelle fiche 5 ter, à savoir :
- Indemnités spécifiques pour les journalistes : « Il sera versé aux journalistes volontaires et qui seraient licenciés pour motif économique dans le cadre du PSE, l’indemnité de licenciement prévue par les dispositions de l’article L. 7112-3 du code du travail. Lorsque l’ancienneté excède quinze ans, le montant de l’indemnité supplémentaire sera égal à un mois de salaire par année complémentaire, l’indemnité totale des quinze premiers mois (article L. 7112-3 du code du travail) et l’indemnité complémentaire au-delà de la quinzième année de un mois par année d’ancienneté étant au total plafonnées à 100.000 euros. »
- Indemnités spécifiques pour les cadres et agents de maîtrise : « A titre dérogatoire aux dispositions de l’accord d’entreprise du 24 octobre 1996, les salariés cadres volontaires dans le cadre du présent accord bénéficieront d’une indemnité de rupture calculée en application de l’article 31-3 de l’accord d’entreprise du 24 octobre 1996 avec un maximum de 100.000 euros. »
- Indemnités spécifiques pour les ouvriers et les employés : « L’indemnité de licenciement [légale ou conventionnelle] sera majorée de 30 %. »

Considérant qu’une mesure de contestation en référé avait été lancée par le comité d’entreprise, la direction a refusé catégoriquement de prendre en compte toute nouvelle proposition présentée par l’intersyndicale.
Les journalistes, notamment, avaient manifesté leur intention d’accepter le principe d’un plafonnement global de l’indemnité, mais sur la base d’un montant supérieur à la somme proposée jusqu’à présent, afin de s’assurer d’un nombre suffisant de volontaires pour éviter tout départ contraint.
Les employés et les ouvriers maintiennent leurs demandes d’une prime plancher (12.000 euros pour une indemnité inférieure à 40.000 euros) et de la garantie de dispense de recherche d’emploi à partir de 57 ans. Par ailleurs, pour ces deux catégories, une difficulté majeure reste à surmonter : contrairement aux cadres et aux journalistes, les ouvriers et les employés licenciés « volontaires » partiraient avec une indemnité supérieure aux salariés licenciés « contraints ».
Les représentants du personnel ont une nouvelle fois tenté de convaincre la direction du bien-fondé de leurs demandes. Les économies engendrées sur les mesures d’accompagnement par les départs volontaires sont, à elles seules, de nature à couvrir en grande partie l’écart entre les propositions du directoire et celles de l’intersyndicale*. Ils ont à nouveau rappelé que la procédure de référé enclenchée pouvait à tout moment être interrompue, notamment par la reprise immédiate de la négociation sur le montant des indemnisations. Ils ont proposé de suspendre à nouveau le CE pour rencontrer la direction en intersyndicale et renégocier le contenu de la fiche 5 ter, avant de revenir devant le comité d’entreprise pour la valider.
Le directoire a clairement manifesté son refus d’en discuter, prétextant la perte totale de confiance qu’aurait générée la procédure judiciaire en cours, sans toutefois exclure totalement de revoir l’intersyndicale ultérieurement. Les représentants du personnel ont rappelé de leur côté que cette menace de référé pouvait être levée si des avancées significatives étaient faites par la direction. C’est pourtant la quasi-fermeture à toute négociation depuis le CE du 29 septembre qui a mis le CE dans l’obligation de contester le plan social dans sa globalité, sans recourir à la grève, pour empêcher tout licenciement contraint.

* Les dernières mesures annoncées par le gouvernement dans le cadre du Fonds stratégique d’investissement (moratoires pour les dettes sociales et aides à la reconstitution des fonds propres) pour soutenir les entreprises en difficulté, sont de nature également à augmenter sensiblement le montant de l’enveloppe budgétaire nécessaire pour couvrir les 116 licenciements.

lundi 5 octobre 2009

Dépêche AFP du lundi 5 octobre, à 18 h 37

Nouvelle République: le CE conteste le plan social en justice

TOURS, 5 oct 2009 (AFP) - Le comité d'entreprise du quotidien La Nouvelle République (NR) a saisi lundi en référé le tribunal de grande instance de Tours pour contester le plan social prévoyant 116 licenciements au sein de la rédaction du journal. Les licenciements correspondant à des départs volontaires, «il s'agit surtout d'un problème d'enveloppe» portant sur le plafonnement des indemnités des journalistes, a expliqué à l'AFP Pascal Laurent, un des représentants des journalistes au CE. Avec l'érosion des ventes et la baisse de la publicité et aggravée par le contrecoup de la crise économique globale, le groupe de presse tourangeau «Nouvelle République du Centre Ouest» (NRCO) a prévu un plan social incluant 116 suppressions d'emploi à la NR - dont 52 journalistes, soit le quart de la rédaction-, 26 au quotidien «Centre Presse» et une quarantaine dans ses différentes filiales (communication, publicité, portage). Déficitaire, l'édition locale de la NR pour le Cher a déjà été supprimée fin septembre, avec un redéploiement vers les activités internet. Le plan prévoit aussi une mutualisation des moyens de la Nouvelle République et de Centre Presse dans le département de la Vienne. Après une première réunion lundi, un nouveau CE est convoqué jeudi pour poursuivre les négociations. A défaut d'accord, le référé sera examiné le 13 octobre à Tours. En juillet et septembre, deux mouvements de grève ont affecté la parution du quotidien régional. Surnommé affectueusement «la nounou» par ses lecteurs, le sixième quotidien régional de France est diffusé à environ 200.000 exemplaires.

sof/lby/lma/ct AFP\- 051837 OCT 09

Communiqué des élus du comité d'entreprise de la NR

COMITE D’ENTREPRISE EXTRAORDINAIRE

QUEL “ JEU ” JOUE LA DIRECTION ?

Le comité d’entreprise, réuni ce lundi en séance extraordinaire, en présence du directoire au complet, avait pour ordre du jour :
- Consultation avec avis sur la nouvelle fiche “ 5 ter ” modifiée du PSE.
- Consultation avec avis sur le projet d’accord d’entreprise à durée déterminée pour la catégorie cadres à titre dérogatoire aux dispositions de l’accord d’entreprise du 24 octobre 1996 venant compléter la fiche “ 5 ter ” du plan de sauvegarde de l’emploi.
De fait, le directoire a remis aux présents le nouveau projet de fiche “ 5 ter ”.
Ce projet n’apporte qu’une amélioration vraiment mineure pour la catégorie employés et ouvriers (plus de limite d’âge pour la majoration de 30% des indemnités légales).
Par contre, il remet en cause la signature d’un accord collectif d’entreprise avec les délégués syndicaux, qui a pourtant toujours été une exigence du directoire.
Malgré les demandes des élus, le directoire n’a pas souhaité débattre en séance, préférant laisser au comité d’entreprise un temps de réflexion en suspendant le CE jusqu’à jeudi 8 octobre, 11 h.
Pour les élus, il apparaît d’ores et déjà inenvisageable d’accepter la modification de cette fiche “ 5 ter ” sur les seules propositions du directoire, dans la mesure où les avis ont déjà été rendus et alors même que le directoire refuse les revendications des ouvriers, des employés et des journalistes.
Le second point de l’ordre du jour n’a pas été abordé en séance.

Lettre de la Filpac-CGT à Jacques Saint-Cricq

2009 10 04 Lettre Filpac à Jacques Saint Cricq

samedi 3 octobre 2009

Une web-enquête de RFI sur le groupe NR

La presse régionale se cache-t-elle pour mourir?

Ci-dessous, un lien vers le blog participatif de Radio France International...
Le numéro 96-1 de"L'atelier des médias", mis en ligne le 2 octobre, s'est intéressé au groupe NR, au lendemain de la fermeture de l'édition du Cher.

http://atelier.rfi.fr/profiles/blogs/emission-961-la-presse#11

vendredi 2 octobre 2009

Message de l'intersyndicale NR du vendredi 2 octobre 2009

Encore une réunion pour rien
Pas d’autre solution que le référé

C’était, ce vendredi, la réunion de la dernière chance pour trouver une issue acceptable aux négociations en cours entre l’intersyndicale, le CE et la direction. Le directoire a affirmé en préambule qu’il partageait la volonté de limiter le plus possible, les licenciements contraints, tout en déclarant manquer d’éléments pour aboutir à une solution.
Il a avancé des propositions présentées comme nouvelles et qui se résumaient à :
- Pour les cadres « c’est quasiment réglé » a-t-il affirmé puisqu’un accord est en cours de signature avec un plafonnement des indemnités à 100.000 € ;
- Pour les journalistes, possibilité de départs volontaires moyennant un plafonnement à 100.000 € (on cherche encore l’avancée…) ;
- Pour les employés et les ouvriers, majoration de la prime de départ de 30% quel que soit l’âge du salarié, tout en supprimant la part patronale de la prévoyance et d’Audiens (seule proposition différente de l’offre antérieure du directoire mais très éloignée des propositions du CE, qui cherchait à atténuer la faiblesse des indemnités pour les plus bas salaires).
Les représentants des employés, ouvriers et journalistes ont réaffirmé leur volonté de bannir coûte que coûte tout licenciement contraint et n’ont pas trouvé dans les prétendues avancées du directoire qui s’apparentaient à un leurre, l’expression d’une volonté déterminée de conclure un accord avec les organisations syndicales.
Pour tenter d’infléchir l’inflexibilité du directoire, qui en outre s’est montré incapable de chiffrer précisément ses propres propositions comme le coût lié aux journées de non-parution, les représentants du personnel ont exploré, une nouvelle fois, toutes les pistes sérieuses susceptibles de substituer aux licenciements contraints, des alternatives sur la base du volontariat. Il a même été envisagé que la direction permette des départs plafonnés à 100.000 euros pour les journalistes qui se sont manifestés dans ce sens lors de la consultation commune au directoire et au CE. Cette option a été balayée par le directoire sous de soi-disant prétextes juridiques que l’on pourrait retourner à ses propositions.
Le directoire était curieusement venu rencontrer les représentants du personnel sans aucune proposition, ni volonté de négocier un accord, pourtant ardemment demandé et très attendu par les représentants. Seuls quelques chiffrages « au doigt mouillé » ont été opposés à ces derniers. Tous ont partagé le sentiment que le directoire repoussait les véritables discussions à lundi pour dépasser le délai légal de tout recours possible au référé (qui peut suspendre ou annuler le PSE). Se sentant bernée, l’intersyndicale a mandaté le CE pour lancer la procédure de référé in-extremis, lundi, procédure qu’elle pourra lever à tout moment si le directoire montre une réelle volonté d’aboutir à un véritable plan de sauvegarde d’emploi, sans qu’aucun salarié ne soit jeté à la rue.
Contrairement aux commentaires provocateurs proférés par André Maillet, personne au sein de l’intersyndicale et du comité d’entreprise n’a jamais souhaité en arriver à cette extrémité. Au directoire de prouver sa volonté d’éviter tout départ contraint pour lever cette procédure juridique.

jeudi 1 octobre 2009

Dossier sur la presse locale poitevine dans Bouge #30

Le mensuel gratuit édité par la radio associative Pulsar, à Poitiers, consacre quatre pages à la presse locale dans son numéro d'octobre.
Bouge #30

mardi 29 septembre 2009

Communiqué des représentants du SNJ-CGT au comité d’entreprise du 29-09-09

Un nouveau comité d’entreprise
extraordinaire lundi prochain 5 octobre
Voici les trois points essentiels qu’il faut retenir de la réunion du comité d’entreprise de ce mardi 29 septembre :
– Convocation d’un nouveau comité d’entreprise extraordinaire, lundi prochain 5 octobre, dont le seul ordre du jour concernerait les éléments complémentaires modifiant éventuellement la fiche 5 ter du PSE (celle concernant les départs volontaires) ;
– Vote d’une résolution mandatant le secrétaire du CE pour lancer une procédure de référé si de nouvelles négociations ne permettaient pas de trouver un accord dans les catégories ouvriers, employés et journalistes ;
– Demande de la tenue d’une rencontre entre la direction et l’intersyndicale élargie au CE dès jeudi *.
A la suite d’une assemblée générale de leur catégorie, les deux syndicats des cadres avaient curieusement donné, lundi, leur accord pour signer l’avenant plafonnant leurs indemnités de départ à 100.000 €. Cette décision a failli mettre fin aux négociations intercatégorielles, d’autant que le président du CE se disait prêt à rencontrer les représentants des ouvriers et des employés séparément. Se passant dès lors de toute discussion avec les journalistes, puisque leurs demandes étaient à ses yeux irrecevables, il n’envisageait plus que des départs négociés de gré à gré dans chaque catégorie.
Les élus et représentants du SNJ-CGT ont pourtant réaffirmé leur volonté de mener jusqu’au bout les négociations, pour éviter tout départ contraint, avant le CE extraordinaire de lundi.
C’est pour cela qu’une proposition de réunion intersyndicale-CE pour jeudi a été formulée à André Maillet, qui réserve toujours sa réponse. Sans l’obtention de résultats probants lors de cette rencontre de la dernière chance, le secrétaire du CE lancera la procédure de référé précédemment évoquée.

* La réunion entre la direction et l’intersyndicale-CE prévue ce mardi 29 au matin avait été annulée sans que la majorité des élus et des délégués n’en soient informés au préalable.

jeudi 24 septembre 2009

Message de l'intersyndicale NR du 24 septembre 2009

RENCONTRE INTERSYNDICALE ELARGIE AU COMITE D’ENTREPRISE
Unis jusqu’au bout !
La troisième rencontre entre l’intersyndicale NR, le comité d’entreprise et la direction s’est tenue ce jeudi 24 septembre. Les nouvelles propositions avancées par le directoire pour les journalistes (1), les employés et les ouvriers (2) ne pouvaient nullement satisfaire l’ensemble des catégories, unanimes pour continuer à se battre collectivement contre toute éventualité de départs contraints. Dans la catégorie employés et ouvriers, notamment, la direction est restée sur ses premières propositions, refusant de prendre en compte celles du comité d’entreprise.
Devant la nouvelle situation de blocage engendrée par l’intransigeance de la direction, qui proposait de s’en tenir à la signature de conventions de gré à gré pour des départs volontaires dans la catégorie journalistes, l’intersyndicale a rappelé l’engagement qui avait été pris par tous les représentants du personnel de ne signer que lorsqu’un accord serait intervenu dans chaque catégorie. Les cadres, sollicités de leur côté par la direction pour signer un accord séparé, ont refusé cette éventualité, rappelant que les nouvelles propositions du directoire ne permettaient pas d’éviter des départs contraints dans les trois autres catégories.
L’intersyndicale a alors rappelé que l’effort financier nécessaire pour parvenir à un accord global n’était pas insurmontable, au regard du traumatisme humain qu’engendreraient 116 licenciements.
Devant le refus réitéré de la direction d’accepter la demande d’indemnisation des départs chez les journalistes sur la base d’un mois de salaire par année de présence, de prendre en compte une amélioration substantielle de la prime de départ chez les employés et les ouvriers, les représentants du personnel ont souligné que la fiche « 5 ter » du plan de sauvegarde de l’emploi, pour lequel le CE a rendu cinq avis défavorables sur six, précisait que « la mesure d’incitation aux départs volontaires ne pourra être mise en œuvre qu’à l’issue de la signature d’un accord collectif d’entreprise avec les délégués syndicaux, présenté et discuté avec le comité d’entreprise, et de la signature de conventions de gré à gré entre l’entreprise et le salarié ».
Le directoire, souhaitant modifier ce paragraphe afin d’obtenir un accord avec la seule catégorie cadres, s’est trouvé confronté à un refus unanime et catégorique de l’intersyndicale, qui lui a d’ores et déjà annoncé son intention d’engager un référé auprès du tribunal de grande instance.
Une nouvelle réunion intersyndicale-CE devrait se tenir mardi 29 septembre au matin, pour essayer de trouver à nouveau un terrain d’entente.
(1) Coefficient 1 mois par an jusqu’à 15 ans ; coefficient 0,8 de 16 à 20 ans ; coefficient 0,6 de 20 à 25 ans ; coefficient 0,4 au-delà.
(2) Départs volontaires aux conditions du directoire et non à celles du CE.
SOLIDARITÉ : PLUS DE 5.500 €
Les chèques doivent être adressés aux trésoriers des différents syndicats, qui se chargeront ultérieurement de la répartition. Le principe est le suivant : un salarié non gréviste ou en congé est appelé à verser une demi-journée de salaire par jour de grève, qui sera donc reversée aux salariés grévistes. Ces derniers doivent se faire connaître auprès des syndicats.

vendredi 18 septembre 2009

Message de l'intersyndicale NR et du CE du 18 septembre

INTERSYNDICALE NR ET COMITE D’ENTREPRISE
 
LE DIRECTOIRE PEUT EVITER LES DEPARTS CONTRAINTS !
 
La première rencontre entre l’intersyndicale NR, le comité d’entreprise et la direction s’est tenue ce vendredi 18 septembre. Les résultats globaux de la consultation toutes catégories concernant les hypothèses de départs volontaires montrent que, potentiellement, tout licenciement contraint peut être évité. L’intersyndicale et le CE réaffirment leur volonté qu’il en soit ainsi ! C’est la seule option possible afin que l’avenir de l’entreprise ne soit pas entaché d’un traumatisme insurmontable.
Le directoire n’a livré aujourd’hui que les chiffres de la consultation, sans avoir pour l’instant évalué le montant précis des indemnités correspondant aux souhaits des salariés qui se sont exprimés. Des solutions existent pour trouver leur financement, comme cela a été rappelé par les représentants du personnel. Au directoire de tout mettre en œuvre pour qu’elles deviennent réalité.
Les discussions du comité d’entreprise, lundi 21 et mardi 29 septembre, ainsi que les réunions intersyndicale-CE avec la direction (mardi 22 et jeudi 24 septembre) seront essentiellement consacrées à la finalisation des départs volontaires.
D’ores et déjà, 117 salariés ont manifesté leur intérêt. Si, catégorie par catégorie, les candidatures correspondent quasiment aux suppressions de postes envisagées par la direction, leur mise en adéquation entraînera nécessairement des mutations à travers des réorganisations. Le but ultime étant toujours d’éviter tout départ contraint. C’est possible ! L’intersyndicale reste mobilisée pour atteindre cet objectif.
 
Solidarité : au moins 5.000 euros
L’appel à la solidarité auprès des salariés de la NR, par l’intermédiaire de chacune des organisations syndicales (CGC, FO, cadres CGT, Filpac CGT, SNJ, SNJ-CGT), est toujours d’actualité. Les chèques doivent être adressés aux trésoriers des différents syndicats, qui se chargeront ultérieurement de la répartition. Le principe est le suivant : un salarié non gréviste ou en congé est appelé à verser une demi-journée de salaire par jour de grève. Les sommes collectées seront réparties entre les salariés grévistes.
 
http://salariesnr.blogspot.com

mercredi 16 septembre 2009

lundi 14 septembre 2009

Motion de soutien

Voici la motion de soutien qui sera proposée par le président et le bureau d'Agglopolys (l'agglomération de Blois) au vote des délégués communautaires lors du conseil du 26 septembre prochain.
Motion de soutien aux salariés
de La Nouvelle République du Centre-Ouest
Dans un contexte de crise de la presse quotidienne, qu'il s'agisse des quotidiens nationaux ou régionaux, le groupe La Nouvelle République du Centre-Ouest a annoncé, le 16 juillet 2009, son intention de supprimer un quart des effectifs rédactionnels du titre.
Le plan de restructuration prévoit la fermeture de l'édition du Cher, la mutualisation quasi-intégrale de l'édition de la Vienne de La Nouvelle République et de Centre-Presse, le licenciement de 181 salariés et la renégociation des accords collectifs d'entreprise.
L'information écrite de proximité est d'utilité publique pour tous et notamment les collectivités locales. La présence de la presse régionale sur notre territoire est un garant de la liberté d'expression et du bon fonctionnement de la démocratie locale. Il est essentiel, dans le contexte actuel de concentration dans les médias, de veiller au pluralisme et à l'indépendance de la presse.
Le plan de sauvegarde de l'emploi proposé par le groupe se traduit par un licenciement de masse qui va plonger, dans le contexte économique et social actuel, 181 familles dans une situation dramatique.
Attaché au pluralisme de la presse locale et à la diffusion d'une information de qualité, soucieux de préserver l'emploi sur son territoire, le Conseil communautaire apporte son soutien aux salariés du groupe La Nouvelle République du Centre-Ouest.
Le Conseil communautaire en appelle aux valeurs humanistes, qui ont marqué le groupe depuis sa fondation, pour trouver à la situation de crise qu'il traverse, des solutions justes, responsables et pérennes.

Le PCF de la Vienne a fait signer une pétition à la Fête de l'Huma


dimanche 13 septembre 2009

vendredi 11 septembre 2009

jeudi 10 septembre 2009

mardi 8 septembre 2009

Message de l'intersyndicale NR du 8 septembre

INTERSYNDICALE NR
mardi 8 septembre 2009
Départs volontaires : la consultation
des salariés lancée dès demain
La réunion du CE suspendue jusqu’au 21 septembre
La troisième réunion du comité d’entreprise extraordinaire, entamée mercredi 2 septembre, a repris ses travaux aujourd’hui mardi 8 septembre. Elle est de nouveau suspendue et reprendra le lundi 21 septembre à 11 h.
La demande réitérée des représentants du personnel était que la direction accepte d’inclure dans le plan social la consultation du personnel pour favoriser les départs volontaires ; une mesure qui ne figurait pas dans le projet initial et qui en modifie profondément la nature.
Après de longs débats, le directoire a finalement accepté d’intégrer dans la consultation – comme pour les journalistes – les propositions du comité d’entreprise pour la catégorie employés et ouvriers. En ce qui concerne les cadres, les deux propositions sont identiques.
Les formulaires partiront donc dès demain mercredi, avec une date butoir pour la réponse fixée au 15 septembre.
Une réunion conjointe de l’intersyndicale et du CE, avec la direction, est d’ores et déjà prévue vendredi 18 septembre, à 14 h 30, pour tirer les premières conclusions des réponses des salariés aux propositions de départs volontaires.
Une autre réunion du comité d’entreprise est programmée le mardi 29 septembre à 14 h 30.

http://salariesnr.blogspot.com
SOLIDARITÉ : DÉJA PLUS DE 2.500 EUROS
Comme nous l’avions annoncé dès le début du mouvement, un appel à la solidarité est d’ores et déjà lancé auprès des salariés de la NR, par l’intermédiaire de chacune des organisations syndicales (CGC, FO, cadres CGT, Filpac CGT, SNJ, SNJ-CGT). Les chèques doivent être adressés aux trésoriers des différents syndicats, qui se chargeront ultérieurement de la répartition. Le principe est le suivant : un salarié non gréviste ou en congé est appelé à verser une demi-journée de salaire par jour de grève, qui sera donc reversée à un salarié gréviste.

Message de soutien du maire de Blois, Marc Gricourt

Communiqué mairie de Blois

Le Monde du 8 septembre parle de la NR...




dimanche 6 septembre 2009

Message de soutien du PCF 86

Bonjour !

Avec le lien suivant : http://86.pcf.fr/La-pluralite-de-l-information-en.html vous pourrez trouver le texte de soutien aux salariés de la NouvelleRépublique et de Centre Presse sur le site du PCF 86.
Bon courage et bien amicalement

Françoise Poteau, rédactrice au mensuel du PCF 86 La Vienne démocratique

vendredi 4 septembre 2009

Message de l'intersyndicale NR

INTERSYNDICALE NR

Des avancées de la direction mais rien n'est joué

LE MOUVEMENT DE GRÈVE TOUJOURS SUSPENDU

La réunion du comité d’entreprise de ce vendredi a vu certaines avancées de la direction, notamment en ce qui concerne une consultation des salariés dans chaque catégorie pour privilégier les départs volontaires. La réunion du CE est suspendue et reprendra mardi 8 septembre, à 9 h 30.
En dépit de divergences toujours très importantes entre les propositions des représentants du personnel et la direction, un premier pas vient d’être franchi. La consultation qui va être lancée, dès la semaine prochaine, auprès de l’ensemble des salariés, comportera deux propositions d’indemnisation de ces départs volontaires : d’une part celle de la direction, d’autre part celle du comité d’entreprise. Les réponses des salariés permettront à la direction et au CE de chiffrer l’ensemble des mesures d’indemnisation de ces « départs volontaires », afin d’éviter les licenciements. Le choix de chaque personne est donc important, sachant qu’au final la direction, seule, décidera des départs en mettant en parallèle les postes supprimés avec les demandes de départs volontaires émises par les salariés.
A l’issue de cette consultation (par courrier envoyé au domicile de chaque salarié), le directoire rencontrera conjointement le CE et l’intersyndicale pour négocier un accord dans chacune des catégories. Les représentants du personnel ont pris solennellement, aujourd’hui vendredi, l’engagement de signer conjointement ces accords. Si la négociation dans une seule catégorie devait rencontrer des difficultés, la signature des autres accords ne pourrait intervenir tant que ces difficultés ne seraient pas surmontées.
A l’issue du CE, les représentants du personnel se sont engagés à maintenir la suspension du mouvement de grève jusqu’à mardi inclus.

Comme nous l’avions annoncé dès le début du mouvement, un appel à la solidarité est d’ores et déjà lancé auprès des salariés de la NR, par l’intermédiaire de chacune des organisations syndicales (CGC, FO, cadres CGT, Filpac CGT, SNJ, SNJ-CGT). Les chèques doivent être adressés aux trésoriers des différents syndicats, qui se chargeront ultérieurement de la répartition. Le principe est le suivant : un salarié non gréviste ou en congé est appelé à verser une demi-journée de salaire par jour de grève, qui sera donc reversée à un salarié gréviste.

http://salariesnr.blogspot.com

Les Verts lancent une pétition de soutien aux deux quotidiens de la Vienne


Message de l'intersyndicale NR du 4 septembre

INTERSYNDICALE DE LA NR
LE 4 SEPTEMBRE 2009
DERNIERE MINUTE
SUSPENSION DU MOUVEMENT
DE GREVE CE VENDREDI

Suite à une réunion dans la nuit entre des représentants du comité d’entreprise, de l’intersyndicale et de la direction, les syndicats présents ont décidé la suspension de la grève. Un accord intervenu alors que la direction s’apprêtait à faire sortir deux éditions (l’Indre-et-Loire et la Vienne) avec une seule équipe de cadres aux rotatives (les ouvriers étant en grève) contrairement aux accords régissant le fonctionnement du service.
Les représentants du personnel menaçant de ne pas reprendre les négociations ce jour dans un tel contexte, il a été convenu que la direction renonçait à la sortie du journal à la condition que les discussions avec le CE continuent, les syndicats s’engageant par ailleurs à suspendre l’appel à la grève lancé pour ce vendredi.
Pour l’intersyndicale, il est clair qu’il ne s’agit que d’une suspension de la grève afin de faire la démonstration de ses bonnes intentions.
Cependant, si les dernières propositions du directoire ne s’avéraient pas satisfaisantes, le mouvement serait immédiatement relancé.

MERCI D’IMPRIMER POUR DIFFUSER AUTOUR DE VOUS
CETTE INFORMATION DE DERNIERE MINUTE

http://salariesnr.blogspot.com/

  • Comme nous l’avions annoncé dès le début du mouvement, un appel à la solidarité est d’ores et déjà lancé auprès des salariés de la NR, par l’intermédiaire de chacune des organisations syndicales (CGC, FO, cadres CGT, Filpac CGT, SNJ, SNJ-CGT). Les chèques doivent être adressés aux trésoriers des différents syndicats, qui se chargeront ultérieurement de la répartition. Le principe est le suivant : un salarié non gréviste ou en congé est appelé à verser une demi-journée de salaire par jour de grève, qui sera donc reversée à un salarié gréviste.

mercredi 2 septembre 2009

Message de l'intersyndicale NR du 2 septembre

Tours, le 2 septembre 2009
INTERSYNDICALE NR

APPEL A LA POURSUITE DE LA GREVE JEUDI 3 SEPTEMBRE
Le troisième comité d’entreprise extraordinaire réuni pour étudier le plan de licenciements présenté par le directoire s’est interrompu hier soir pour reprendre ce jeudi matin à 11 heures.
Les discussions de mercredi ont essentiellement été consacrées à la présentation du cabinet conseil chargé de mettre en place le relais mobilité-emploi (la direction refusant la mise en concurrence demandée par le CE) et à l’analyse économique du rapport de l’expert sur la restructuration envisagée.
Quelques avancées largement insuffisantes ont été évoquées rapidement avant la clôture des débats. Les négociations se tiendront précisément aujourd’hui. Afin d’apporter tout le soutien nécessaire aux membres du CE, l’intersyndicale NR appelle l’ensemble des catégories à une nouvelle journée de grève ce jeudi.
Une assemblée générale du personnel sera tenue ultérieurement.

Journaux de France 3 des 1er et 2 septembre

Pour ceux qui l'auraient ratée mardi soir, voici la longue page du journal télévisé de France 3 Centre consacrée à la manifestation tourangelle de ce 1er septembre...

video

Et celle du JT de ce mercredi 2 septembre à midi...

video

Vive le bimédia !

Et un lien pour voir la vidéo de la manif tourangelle de ce mardi 1er septembre tournée par Olivier Dayan, photographe et correspondant de la NR, qui est aussi l'un des fondateurs de la webTV associative www.enbocage.tv

Message de l'intersyndicale NR du 1er septembre

Tours, le 1er septembre 2009
INTERSYNDICALE NR
POURSUITE DU MOUVEMENT DE GRÈVE
ET AG CE MERCREDI A 15 H A TOURS
En soutien au comité d’entreprise dont la troisième et dernière réunion extraordinaire démarre ce mercredi à 10 h 30, l’intersyndicale avait appelé à une journée de grève et à une manifestation hier mardi.
Plus de 300 personnes ont défilé du carrefour de Verdun à la place Jean-Jaurès à Tours, démontrant leur détermination à combattre les 181 licenciements dans le groupe et l’abandon de l’édition NR du Cher.
Cette nouvelle journée de grève, ce mercredi, avec assemblée générale à 15 h au siège à Tours, doit permettre plus que jamais d’appuyer l’action des membres du CE confrontés à l’intransigeance de la direction.
L’enjeu reste le refus des licenciements contraints et la recherche de réelles solutions d’avenir pour assurer la pérennité de l’entreprise.

mardi 1 septembre 2009

Le Parti Ouvrier Indépendant nous soutient


FO aussi...


lundi 31 août 2009

Message de l'intersyndicale NR du 31 août 2009

appel greve 31-08-09

Message de soutien d'un journaliste du Courrier de l'Ouest

Chers collègues de la NR,

Journaliste au Courrier de l’Ouest à Saumur, puis en Deux-Sèvres, j’ai toujours lu quotidiennement la NR… devenu en quelque sorte mon deuxième journal. Ce compagnon de tous les jours, confectionné par des confrères, dont certains sont des amis de longue date, incarne(ait) des valeurs d’humanisme social auxquels nous sommes tous très attachés.
Hélas, depuis quelques années, vos dirigeants, puisant à bonne source les règles de libéralisme sauvage, ont appliqué leurs préceptes d’Outre Atlantique pour les appliquer à la NR : évidemment, ils sont restés sourds aux échos de leur propre territoire, transmis par ceux qui maillent le territoire depuis longtemps. Et bien entendu, les recettes venues d’Amérique ont été appliquées avec zèle : comptes plombés, perte de lecteurs.
Et en toute bonne logique libérale, quand les patrons déconnent, les salariés trinquent.
Ce petit coup de gueule face à l’impéritie de votre direction veut aussi dire l’estime que je porte aux journalistes d’abord, mais aussi à la NR en général.
En ce temps difficile, je vous dis ma confraternité et mon soutien, même si tout cela ne sont que des mots qui traduisent l’impuissance face à un engrenage social redoutable.

Salut à tous

Christian DESBOIS.
(Courrier de l'Ouest, rédaction de Bressuire)

Message de soutien de Jean-Michel Bodin, vice-président de la Région Centre


Message du NPA 37

LE NPA 37 APPELLE A PARTICIPER AU RASSEMBLEMENT
DES SALARIES
DE LA NR LE 1er SEPTEMBRE

La Nouvelle République prévoit 181 suppressions de postes dont 125 dans le département. Le NPA 37 réaffirme son opposition à tous les licenciements et sa solidarité avec les salariés de la NR menacés dans leur emploi. Les usagers aussi sont concernés : l’information est un droit essentiel, pas une marchandise ! Nous demandons que soit respecté le droit à l’information et la possibilité aux salariés de s’exprimer dans leurs journaux. Pour cela, la presse doit être libre et indépendante des pouvoirs politiques et économiques, et en particulier des grands groupes financiers. Cette indépendance devrait être garantie par un financement public, sous contrôle des salariés et des usagers. C’est pour toutes ces raisons que nous serons présents et que nous appelons a venir soutenir les salariés de la NR.

RR (NPA Est Tourangeau)

Soutien du maire de Migné-Auxances (86)

Madame, Monsieur,

A travers votre mobilisation c'est la liberté d'expression, la pluralité de la presse et toute une chaîne d'activités économiques et d'emplois que vous défendez.Bien que ne pouvant participer à la manifestation de ce jour à Tours, sachez que les élus de Migné-Auxances partagent votre inquiétude et votre colère et vous témoignent toute leur sympathie et soutien.

Florence Jardin,
maire de Migné-Auxances

Message de soutien de Jean-Paul Chanteguet, député de l'Indre

Mesdames, Messieurs,
J'ai pris connaissance avec attention de votre lettre ouverte aux élus par laquelle vous m'interpelez sur les difficultés rencontrées par les salariés du groupe « La Nouvelle République ».
Déjà informé de cette situation et des différents problèmes par des correspondants locaux de l'Indre, je vous remercie malgré tout de cet envoi.
Je comprends et partage vos analyses et vos inquiétudes. Il semble en effet difficile d'envisager le maintien d'une publication quotidienne de qualité avec des effectifs aussi faibles que ceux envisagés.
Ne pouvant être parmi vous lors du rassemblement que vous envisagez le 1er septembre, étant retenu par d'autres obligations à l'Assemblée Nationale, je tenais malgré tout à vous faire part de mon soutien dans vos actions et dans les différentes démarches que vous entreprendrez pour préserver la pluralité ou même l'existence d'une presse régionale de qualité.
Restant à votre disposition,
Je vous prie de croire, Mesdames, Messieurs, en l'assurance de mes meilleurs sentiments.
Jean-Paul CHANTEGUET
Député de l'Indre

mardi 25 août 2009

Tract de l'intersyndicale CGT - NR du 25 août 2009

Tract Tours

Le soutien du conseil général des Deux-Sèvres

Plusieurs conseillers généraux des Deux-Sèvres, dont le président, ont réagi à notre « Lettre ouverte aux élus ».

« Je tiens à apporter tout mon soutien aux salariés de la Nouvelle République menacés de licenciement.
Plus que jamais, la présence de la presse régionale sur notre territoire est un garant de la liberté d'expression et du bon fonctionnement de la démocratie locale.
Soucieux de préserver la pluralité de la presse et les emplois sur notre territoire, je me tiens à votre disposition pour un entretien, si vous le souhaitez. Vous pouvez contacter ma directrice de cabinet : Véronique Szysz-Chauvin au 05.49.06.78.01
Je vous prie de croire, Monsieur, en l'assurance de ma considération distinguée. »
Eric Gautier
Président du Conseil Général des Deux-Sèvres
« Madame, monsieur,

J’ai pris connaissance avec intérêt de la « lettre ouverte aux élus » concernant la situation difficile que connaît le groupe N.R.C.O.
D’après les informations en ma possession, le département des Deux-Sèvres dont je suis élu paraît moins touché par la suppression des postes envisagée par la direction.
Je ne peux néanmoins pas rester indifférent à votre situation.
Je partage vos craintes sur la remise en cause de la pluralité de la presse locale. Déjà mise à mal dans certaines régions, par la main mise de certains grands groupes, elle serait renforcée par la suppression de certaines éditions et la mutualisation, sorte de fusion déguisée de La Nouvelle République et de Centre-Presse dans la Vienne.
Elu au conseil général des Deux-Sèvres depuis 1998 et Vice-président de cette assemblée depuis mars 2008, j’entretiens de bonnes relations avec l’équipe locale de La Nouvelle République.
Les retours de mon action sur le terrain et de mes communiqués ont toujours été très satisfaisants.
Il est normal à mes yeux de vous apporter mon total soutien à votre combat.
Je reste à votre disposition, si vous le souhaitez, pour le mener à vos côtés.
Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, en l’assurance de ma considération distinguée. »
Gérard ZABATTA
Vice-président du conseil général
Conseiller général du canton de Niort-Ouest


« Soyez certains de mon soutien tout particulièrement dans votre lutte de maintien des emplois, de sauvegarde de la pluralité de la presse et dela qualité de l'information. Mes amis saurons également réagir soyez en certains. »
Jean-Luc DRAPEAU
Maire d'AZAY LE BRULE
Vice Président du Conseil Général des Deux-Sèvres
Député suppléant

Lettre de soutien de Maurice Leroy, député de Loir-et-Cher

« Bonjour,

J'ai bien reçu votre lettre aux élus et je vous remercie de me l'avoir adressée. Je puis vous assurer avoir pris connaissance de votre lettre avec intérêt étant personnellement très sensible et attaché à préserver le pluralisme de la presse dans notre région comme dans notre pays.
Pour votre information sachez que je lis et réponds personnellement à tous mes courriels. Je connais bien les difficultés que traverse actuellement toute la presse écrite et ce, depuis plusieurs années maintenant. Cela est vrai de la Presse Quotidienne Régionale comme de la presse nationale. Voilà pourquoi ces Assises nationales de la presse s'imposent effectivement pour tenter d'apporter les solutions qui s'imposent.
Je ne manquerai pas de relayer vos préoccupations au plan parlementaire auprès du Gouvernement.
Bien cordialement »
Maurice Leroy, député de Loir-et-Cher

lundi 24 août 2009